Le CRBM

Le CRBM est organisé en 17 équipes de recherche, plateformes technologiques et services communs, et compte environ 160 personnes (chercheurs et enseignants chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs, doctorants et post-doctorants).

Le CRBM a acquis ses lettres de noblesse en particulier à travers la thématique « cycle cellulaire » qui a fait la renommée internationale du laboratoire grâce à la découverte des mécanismes moléculaires qui contrôlent la division cellulaire avec les travaux initiés par Marcel Dorée et son équipe. Cette thématique est toujours extrêmement active au CRBM, et les projets de recherche développés visent à comprendre les mécanismes moléculaires régissant la mitose, dans des conditions normales ou au cours de la tumorigénèse. Cette thématique a été renforcée par un recrutement important ces dernières années de nouvelles équipes dont les thématiques concernent l’élucidation des mécanismes moléculaires à la base de la migration et l’adhérence cellulaires en lien avec le cytosquelette, dont les dérégulations participent à la formation des métastases cancéreuses. La spécificité de cette thématique est l’étude de dynamique de ces processus cellulaires en lien avec des techniques de pointe d’imagerie du vivant, qui est rendu possible grâce à la plateforme très performante d’imagerie MRI qui est présente dans l’institut. Les autres thématiques concernent la régulation génique dans différents modèles intégrés avec en particulier une approche de biologie des systèmes, et la bioinformatique structurale qui permet de comprendre les principes qui régissent les structures protéiques et les interactions protéines-protéines.

A l’interface de ces thématiques, les équipes du CRBM ont également développé une expertise incontournable dans le domaine des modifications post-traductionnelles en utilisant en particulier des approches de protéomique innovantes. Cette thématique représente un domaine en pleine expansion au vu des nouvelles fonctions récemment découvertes de ces modifications post-traductionnelles dans le fonctionnement des réseaux de signalisation cellulaire.

Cette recherche internationalement reconnue est développée grâce à l’utilisation de nombreux modèles biologiques pertinents comme la levure, des modèles invertébrés marins, le xénope (Xenopus laevis), le poisson zèbre (Danio Renio) ou des modèles de souris transgéniques. Elle s’appuie sur des plateformes performantes, regroupées dans l’UMS BioCampus (http://www.biocampus.cnrs.fr) avec en particulier la plateforme d’imagerie de pointe MRI (http://www.mri.cnrs.fr).

Le CRBM est également très impliqué dans la formation à travers la présence dans ses locaux de nombreux enseignants-chercheurs de l’université de Montpellier et par l’accueil de nombreux stagiaires venus du monde entier qui sont attirés par la qualité de la recherche et de la formation au CRBM.